William S. Burroughs

William S. Burroughs
http://theo.underwires.net/
1945 : Burroughs et sa future femme, Joan Vollmer

Par l’entremise de Ginsberg et peut-être de Kerouac, Vollmer et Burroughs devinrent intellectuellement et émotionnellement liés, et leur relation passa graduellement à un stade sexuel au cours du printemps 1945. Des témoins oculaires parlent de l’étrange contact de leurs « pénétrantes intelligences » respectives ; Burroughs et Vollmer s’adonnèrent à des jeux télépathiques et les résultats leur donnèrent des frissons. Ce fut la première fois que Burroughs se sentait sûr de lui avec une femme.

Jack Kerouac

Au cours de l’été 1945, Burroughs habita avec Vollmer et Julie, sa fille âgée d’un an, dans leur appartement à l’Ouest sur la 115e rue. Kerouac avait commencé à écrire le récit quasi-fictif de la liaison entre Carr et Kammerer, une œuvre qu’il appela « I Wish I Were You » (Si seulement j’étais toi). Après avoir complété une courte ébauche dont il n’était pas satisfait, Kerouac la montra à Burroughs et tous les deux se mirent rapidement à travailler sur une nouvelle version, qu’ils appelèrent « And the Hippos Were Boiled in Their Tanks », d’après une remarque qu’ils entendirent aux infos de Jerry Newman, importante personnalité de la radio. La guerre en Europe prit fin en Mai, et au moment où Kerouac soumit le manuscrit de « Hippos » à l’agence littéraire Ingersoll & Brennan en automne, la guerre en Asie avait pris fin, également—grâce au projet Manhattan et à un endroit appelé Los Alamos. Burroughs était toujours en contact avec Ilse Klapper, sa première femme, dont le commentaire sur Hiroshima et Nagasaki fut : « C’est incroyable dans quelle merde nous nous trouvons. »

Jack Kerouac

À l’automne 1945, William Burroughs et Joan Vollmer furent les acteurs d’un épisode frénétique, alimenté de benzédrine aux alentours de Times Square et du Village au cours duquel Vollmer se mit à présenter d’inquiétants symptômes de dissociation et d’hallucination. Paul Adams, son mari, revint de son service le temps d’un congé et, dégoûté par la condition de sa femme, décida de divorcer. Kerouac fut hospitalisé à cause d’une phlébite aux jambes, aggravé par le « speed » et ses longues heures passées devant sa machine à écrire. Mais la drogue qui allait changer la vie de Burroughs apparue pour la première fois dans les mains de Jack Anderson, en Janvier 1946 : Anderson lui demanda de receler une mitraillette très prisée ainsi que seize boîtes de syrettes de tatrate de morphine, volés dans les locaux de la marine à Brooklyn. Dès sa première expérience avec la came, Burroughs sut qu’il avait trouvé son Rheingold.

Imprimer cette page | mise à jour : 6 septembre 2013