William S. Burroughs

William S. Burroughs
http://theo.underwires.net/
1968 : Rencontre avec Jean Genet

En « faisant passer » d’une manière obsessive ses sentiments au E-Meter, Burroughs essayait de retirer toute émotion de son être ; l’annonce de la mort de Neal Cassady, en Février 1968 au Nord du Mexique (après une vie d’inspiration pour les autres mais de peu de bénéfice pour lui) dut donc avoir peu d’impact sur le nouvel homme éclairé de Saint Hill.


Neal Cassady & Jack Kerouac à l’époque de "Sur La Route" (dans lequel Neal Cassady est Dean Moriarty)


Neal Cassady à la fin de sa vie

En Juin 1968, Burroughs décida de suivre un « cours d’éclaircissement » avancé à Edimbourg en Ecosse (la scène de son apothéose littéraire quatre ans auparavant) mais très vite, la mégalomanie de Hubbard (le fondateur de la scientologie) l’agaça. Burroughs resta obsédé par l’idée « d’auditionner » ses plus proches associés au E-Meter, ce qui força Sommerville, désormais âgé de 28 ans, à s’éloigner de lui pour la dernière fois.

La convention du Parti Démocrate américain se tint à Chicago en Août 1968. Les yippies, menés par Abbie Hoffman et le reste des « Sept de Chicago », menacèrent d’interrompre la convention en organisant des manifestations au Grant Park de Chicago. John Berendt, l’éditeur d’Esquire invita Burroughs, Jean Genet (Richard Seaver à la traduction), et Terry Southern à écrire des articles sur la convention pour le magazine.

Burroughs apporta avec lui un magnétophone portable avec lequel il enregistra des sons de policiers et d’émeutes qu’il diffusa à d’imprévisibles intervalles. Il collabora étroitement avec son ami Terry Southern qu’il rencontra à Paris dans les années 50. Et son admiration pour le travail de Jean Genet étant très haute, être traité d’égal à égal par l’écrivain français devait signifier qu’il y était « arrivé. »


Jean Genet, William Burroughs & Allen Ginsberg en 1968 à Chicago


Allen Ginsberg, William Burroughs & Jean Genet


William Burroughs, Terry Southern, Jean Genet & Allen Ginsberg


Terry Southern, Allen Ginsberg, Jean Genet & William Burroughs

À son retour chez lui en Septembre, Burroughs s’arrêta à New York pour écrire son article pour le magazine Esquire, « The Coming of the Purple Better One » (disponible dans son livre "Exterminateur !"). Lui et Genet logeaient à l’hôtel Delmonico.


Jean Genet & William Burroughs

Jack Kerouac fut l’invité de l’émission de télévision de William F. Buckley, « Firing Line, ». Il descendit donc de Lowell dans le Massachusetts avec trois amis de sa ville natale. Lorsqu’il lui rendit visite ce jour-là au Delmonico, Burroughs fut choqué par son état : à force de passer ses journées à boire, Kerouac était devenu bouffi et à moitié cohérent.


Jack Kerouac

Burroughs lui conseilla d’annuler l’enregistrement en studio de l’émission avec Buckley, mais Kerouac décida de maintenir l’arrangement. Ce fut la dernière fois que Burroughs vit son vieil ami.

En Octobre 1968, Gysin était à Tanger, et Burroughs à Duke Street. Anthony Balch avait un appartement dans le même immeuble, à quelques pas de Piccadilly Circus, et Balch connaissait les « garçons en rotation » du quartier. À travers Balch, Burroughs rencontra un jeune prostitué qui devint son partenaire durant l’année et demie qui suivit. Burroughs finit la première édition de ses interviews de 1968 avec Daniel Odier, qui furent publiés en janvier 1969 à Paris par Pierre Belfond sous le nom d’Entretiens avec William Burroughs.

Imprimer cette page | mise à jour : 8 février 2010