William S. Burroughs

William S. Burroughs
http://theo.underwires.net/
1975-1976 : Naropa - Le Bunker


Jimmy Page & William S. Burroughs à New York City en janvier 1975

Au début de l’année 1975, tandis que Burroughs passait à pied devant son ancien loft de Centre Street, un jeune homme l’approcha et se présenta : Steven Lowe, un artiste et écrivain de Floride. Ils devinrent amis et Lowe le fit s’intéresser au phénomène des pirates homosexuels, ce qui donna à Burroughs un nouvel angle à son roman : Cités de la Nuit Ecarlate. Les noms des six cités formèrent une ancienne incantation que Gysin lui avait apprise et dont le but était d’influencer le destin. Burroughs recommença à travailler sur Cités entre chaque voyage, ses tournées le faisant beaucoup voyager.


Patti Smith & William S. Burroughs en 1975

À la même époque, Allen Ginsberg (48 ans) trouva refuge auprès du professeur de Bouddhisme Tibétain, Chogyam Trungpa Rinpoche, dans les vœux Bouddhistes. Trungpa établit la Fondation Dharmadhatu de Boulder dans le Colorado où il fonda l’Institut Naropa ; il invita Ginsberg et Anne Waldman à établir le programme littéraire, qu’ils nommèrent « L’Ecole Jack Kerouac de la Poétique Désincarnée. »


William S. Burroughs (Photo d’Allen Ginsberg)

En Mai 1975, Burroughs rencontra Ginsberg à Naropa et y fit une conférence. Ils se rendirent plus tard à l’Institut des Arts de Chicago pour y faire d’autres lectures. Burroughs se rendit également à Genève et rejoignit Gysin au Colloque de Tanger, organisé en leur honneur, ainsi qu’au centre de retraite « La Queue du Tigre » de Trungpa dans le nord du Vermont, il y passa deux semaines dans une solitude quasi-totale dans une toute petite cabane. Les notes de Burroughs de cette période devinrent The Retreat Diaries.


William S. Burroughs & Allen Ginsberg dans le nouvel appartement de Ginsberg au 437 East 12th St, New York City, Décembre 1975.


Même soirée, de gauche à droite : Allen Ginsberg, Peter Orlovsky, Louis Cartwright, Herbert Huncke, William Burroughs.

Le 5 Février 1976, à son adresse de Franklin Street, Burroughs reçut un télégramme annonçant l’affreuse nouvelle de la mort de Ian Sommerville dans un accident de voiture. C’était le soixante-deuxième anniversaire de Burroughs ; Il connaissait Sommerville depuis dix-sept ans. L’influence de Ian fut si profonde que, même octogénaire, Burroughs rêva souvent de lui. Mais il devait retourner à l’écriture et à ses lectures et à d’autres affaires : le bail de deux ans de Franklin Street était sur le point d’expirer. Burroughs avait souvent rendu visite à John Giorno dans son loft du 222 Bowery, un bâtiment qui fut construit pour abriter un « Institut de Jeunes Hommes » au début du vingtième siècle. Mark Rothko avait utilisé le vieux gymnase comme studio de peinture dans les années 60 ; et pendant plusieurs mois, James Grauerholz avait habité dans le vestiaire sous le gymnase : un endroit sans fenêtres, aux murs et au plafond bétonnés. James Grauerholz déménagea sur Great Jones Street, et au début de l’année 1976, Burroughs reprit le vestiaire, qui fut appelé plus communément « Le Bunker. » Il eut à peine le temps de déballer ses affaires qu’il était déjà temps de retourner à Boulder pour une autre session estivale à Naropa.


William S. Burroughs photographié le 9 juillet 1975 par Richard Avedon à New York City

Imprimer cette page | mise à jour : 21 juin 2010