William S. Burroughs

William S. Burroughs
http://theo.underwires.net/
1982 : La maison de pierre

L’hiver 1981-1982 fut anormalement froid et neigeux dans le nord du Kansas. Burroughs s’était installé dans « la Maison de Pierre, » une habitation en calcaire à deux étages datant du dix-neuvième siècle qu’il louait à 15 km au sud de Lawrence. Il s’était également remis à travailler sur Parage des Voies Mortes. Burroughs se satisfit des conditions légèrement primitives de la Maison de Pierre, qu’il trouva, avec une vue panoramique sur la Vallée Wakarusa et le Mont Oread, idéale pour écrire son roman sur le Vieil Ouest américain,

Le printemps arriva dans le Comté de Douglas, et avec lui vinrent les chats : le gros matou blanc, la femelle rousse aux longs poils, le mâle bleu russe avec son manteau gris soyeux et ses cris plaintifs. Burroughs commença à nourrir ces animaux perdus et leur ouvrit son cœur : chacun avait sa propre personnalité, rappelant à Burroughs certaines personnes de son passé. À 68 ans, Burroughs commença à passer sa vie en revue, ses journaux témoignent de longues périodes de larmes. Il avait pour habitudes d’écrire la date du lendemain à l’entrée de son journal sur une page de machine à écrire ou sur une fiche de façon à pouvoir noter ses rêves s’il se réveillait pendant la nuit, ce qui, ayant le sommeil léger, lui arrivait souvent. Une année plus tard, Burroughs retourna à ces notes et écrivit Entre Chats.

Il y avait à côté de la Maison de Pierre une grange en calcaire dans laquelle Burroughs aimait tirer au pistolet sur des cibles appuyées contre un pare-balles en bois. Après avoir vécu des années dans les villes où les fusils sont interdits, ou tout du moins leur vente, il appréciait de passer du temps dans les magasins de fusil de Lawrence, et d’acheter de nouvelles armes pour sa collection qu’il avait commencée à la fin des années 70 lorsqu’il vivait dans le Colorado. Comme cibles, Burroughs prenait de vieux morceaux de contreplaqué qu’il ramassait autour de la grange. Un jour, il tira sur l’une d’elles à l’aide d’un fusil de chasse et s’abîma l’épaule, il nomma le panneau « Epaule Douloureuse. » C’était le 28 Février 1982, un jour irraisonnablement chaud. Burroughs réalisa au cours du printemps environ une vingtaine de « peintures au fusil de chasse », sur lesquelles il ajouta de la peinture à l’huile, de l’encre de Chine et des photos et des images extraites de magazines. Burroughs passait des heures à regarder les motifs que le tir de son fusil avait dessinés sur le bois.

Boulder, dans le Colorado 1982, Conférence sur Jack Kerouac. De gauche à droite : Peter Orlovsky, Lawrence Ferlinghetti, William Burroughs, Gregory Corso, John Clellon-Holmes, Allen Ginsberg, Carl Solomon, (assis) Robert Frank

{{}}

Cet été, Burroughs se rendit en voiture jusqu’à Naropa pour une conférence sur Jack Kerouac, où il vit plusieurs anciens amis, dont la première femme de Kerouac, Edie. Il lisait à l’époque le nouveau livre de Norman Mailer, La Nuit des Temps, un roman de mille pages qui se passe au temps de l’Egypte Ancienne. L’obsession de l’immortalité des premiers Egyptiens l’intéressait vivement ; il avait étudié l’histoire égyptienne et les hiéroglyphes pendant ses études, et à l’approche de ses 70 ans, le concept des momies l’intriguait. En Octobre 1982, Burroughs se rendit à Londres pour participer avec Gysin et une longue liste de poètes et de musiciens à « l’Académie Finale, » un événement de cinq jours honorant Gysin et Burroughs.

William Burroughs & Brion Gysin

Le travail sur Voies Mortes était presque fini. L’histoire début avec une fusillade à Boulder, opposant en duel Kim Carson à son ancienne Némésis, Mike Chase. Burroughs introduit ensuite le personnage du narrateur : William Seward Hall, l’auteur d’histoires se déroulant au Far West. Hall est le premier protagoniste âgé et auto-référentiel de toute l’œuvre de Burroughs. Dans Cités, les personnages sont tous adolescents ou proches de la cinquantaine. Dans Voies Mortes, Burroughs emmène Kim et sa bande de Fruits Sauvages à travers diverses époques et incarnations, jusqu’à la séquence finale Grand Guignol qui peut-être surpasse la fin de Cités.

Imprimer cette page | mise à jour : 9 mars 2011