William S. Burroughs

William S. Burroughs
http://theo.underwires.net/
1er au 3 juillet 2009 : Colloque sur Le Festin Nu de William Burroughs : LE PROGRAMME DES 3 JOURS

A l’occasion du lancement du livre Naked Lunch@50 : Anniversary Essays, un colloque est organisé à Paris pendant trois jours début juillet. Projections de films inédits, conférences, concerts... 3 jours à ne pas manquer. Le site officiel de l’événement Naked Lunch.org vient de mettre le programme des 3 jours en ligne.

Lancement du livre

La soirée de lancement du livre Naked Lunch@50 : Anniversary Essays aura lieu le 30 juin à l’Institut Britannique de Paris (ULIP). Une réception, parrainée par le Centre David Bruce d’Etudes Américaines (Université de Keele), est organisée au rez-de-chaussée de 18h30 à 19h30 dans le café.

La soirée de lancement se poursuit de 19h30 à 20h45, dans la salle Turner du British Council, située au premier étage. Après quelques mots d’introduction d’Andrew Hussey, doyen de l’institut, et d’Oliver Harris et de Ian MacFadyen, co-éditeurs du livre, l’artiste internationalement acclamé Jean-Jacques Lebel fera un discours, lequel sera suivi par “Operation Trance” de l’écrivain Terry Wilson. Pour clôturer la soirée, l’auteur-compositeur-interprète célèbre américain Eric Andersen donnera un concert hommage.

Le nombre de participants étant limité, cette soirée est sur invitation et le prix d’entrée au colloque de 10 euros n’inclut pas la soirée de lancement.

L’hommage du Colloque

Les trois journées d’événements qui ont lieu à l’institut britannique de Paris, du 1er au 3 juillet 2009, combineront conversations, interventions d’universitaires, projections de films, performances musicales live et enregistrées, ainsi qu’une petite exposition de matériaux visuels. Un événement exceptionnel aura également lieu dans l’après-midi au vieux Beat Hotel de la rue Gît-Le-Coeur.

L’exposition, dans la salle Granville Barker au dernier étage, sera ouverte pendant les trois jours ; « Investigation, Obsession, Eclipse, » un récit en xerox fait de mots et d’images, raconte l’histoire d’une personne fascinée par Naked Lunch et William Burroughs qui pousse sa fascination à l’extrême … L’exposition, organisée par Ian MacFadyen comporte des oeuvres d’un certain nombre d’artistes.

Des exemplaires de Naked Lunch@50 ainsi que d’autres livres et Cds seront mis en vente dans la salle Granville Barker.

Sauf indication, tous les événements ont lieu dans la salle Turner.

En plus du programme de la Salle Turner, il y aura également des conférences, des entretiens et des conversations avec de nombreux artistes, des écrivains, et des interprètes dans la Salle Stevenson contiguë à la Salle Turner, parfois en parallèle. Nous ne pouvons pas encore avoir le détail de tous les événements, et certains seront impromptus—mais les noms de tous les intervenants apparaîtront sur cet site Web en temps opportun.

Le prix d’entrée pour ces trois journées est de 10 euros. Cela dit, les places étant limitées, celui-ci ne garantit pas un accès à un événement spécifique. Il est possible que surviennent des changements de dernière minute dans le programme, n’oubliez donc pas de vérifier ce site en vue d’éventuelles mises à jour.

Un programme en détail apparaîtra bientôt avec plus d’information sur tous les intervenants et leurs interventions.

Nous désirons remercier le British Council, Bruno Mémin de ULIP, et Philippe Benoit de chez EYESHOT pour ses conseils techniques en audiovisuel, et Isabelle Schmitt de ULIP pour toute son aide.


La Salle Turner (à gauche) et la Salle Stevenson (à droit)
Mercredi 1er juillet

Événement 1 : 11h00-12h30 – Un Festin Parisien

Introduite par l’inquiétante musique du « Meet Café—Le chant du Mugwump, » composée par Steve Tromans, extrait de son hommage au Festin Nu, et précédée de quelques mots de bienvenu d’Andrew Hussey et d’Oliver Harris, la première session se focalisera sur Paris comme le lieu même où Burroughs acheva son œuvre capitale. Il y aura des interventions de Barry Miles, spécialiste de la Beat Generation et auteur du livre The Beat Hotel : Ginsberg, Burroughs, and Corso in Paris, 1957-1963, et d’Udo Breger, traducteur, éditeur, et ami de Burroughs. La session s’achèvera par une projection des célèbres photos du Beat Hotel prises par Harold Chapman, présentée par le réalisateur Alan Govenar.

Événement 2 : 14h30-15h30- Hommage rue Gît-le-Coeur

Après le déjeuner, l’hommage prendra place à l’extérieur au 9, rue Gît-le-Coeur à l’occasion de l’installation, en collaboration avec la direction du Relais Hôtel du Vieux Paris, d’une plaque commémorative destinée à marquer le site historique du vieux Beat Hotel. Il y aura une petite réception organisée par l’hôtel, des souvenirs de Burroughs racontés par la poétesse Nina Zivancevic, des réminiscences de l’artiste écossais et ancien résident du Beat Hotel, Elliot Rudie, et des lectures dans la rue, un hommage à Sinclair Beiles donné par Fred de Vries, “Three Dollar Bill” de Max Blagg, et, in memoriam pour Harold Norse, “Hydra Waterfront” par Neeli Cherkovski et un homage par son ami Eddie Woods.

Film I

À 16h15 à la Cinémathèque de l’ULIP, située au rez-de-chaussée, projection du film de James Bidgood, Pink Narcissus – à bien des égards, l’une des expériences cinématographiques les plus proches du Festin Nu de Burroughs.

À 16h30 dans la salle Turner, Alan Govenar projettera un extrait de son nouveau documentaire sur l’histoire du Beat Hotel, suivi d’une discussion ouverte.

Événement 3 : 17h30-18h30- Musique et Art Visionnaires

Cette session consacrée aux dimensions spirituelles et mystiques de l’art, de l’écriture et de la musique, inclura des interventions de l’artiste Bryan Mulvihill, alias Trolley Bus, installé à Vancouver, et de l’écrivain Terry Wilson, ami de longue date de Burroughs et de Gysin, qui donnera une lecture de sa nouvelle oeuvre, Days Lane. Une performance musicale de Louise Landes-Levi au sarangi viendra clôturer la session.

Événement 4 : 17h30-18h30 — Musique Cut-Up

(Salle Stevenson)

Le groupe français Nouvelles Impressions d’Afrique donnera un concert burroughsien de musique improvisée.

Film II

À 17h45 à la Cinémathèque, projection de deux films courts réalisés par Frédéric Fenollabbate, ILYA V, et La Femme au lys rouge.

Événement 5 : 19h00-20h30- Empire

Le dernier événement de la journée débutera avec l’humour hippie du légendaire Lord Buckley, réalisé par CP Lee dans son célèbre hommage. Ensuite, RB Morris, auteur-compositeur-interprète, poète et dramaturge de l’Est du Tennessee, donnera un concert de Beat Blues.

Jeudi 2 juillet

Événement 6 : 10h30-11h30 – Un Festin Postcolonial

La première session de la journée réunira trois critiques qui parleront de l’un des plus importants sujets abordé aujourd’hui dans l’étude de la littérature à l’université. Allen Hibbard, spécialiste de l’œuvre de Paul Bowles et de Burroughs, interviendra en premier pour parler du Festin Nu et de la mondialisation, puis Polina Mackay abordera le thème de la différence culturelle et Sean Bolton celui de la géographie textuelle d’Interzone, suivi pour conclure d’une discussion ouverte.

Événement 7 : 11h00-13h00 — Radio Burroughs (en français)

(Salle Stevenson)

Patrick Amine, journaliste et critique littéraire, va présenter son émission de radio Les Derniers papiers.

Événement 8 : 12h00-13h00 - The French Connection

Cette session, juste avant le déjeuner, établira les connexions qui existent entre Burroughs, la culture française et la tradition toxicomane à travers trois approches très différentes. En partant de son expérience de traductrice de l’œuvre de Michaux, Louise Landes-Levi parlera des points d’intersection entre Burroughs et Michaux. Installée à Paris, Anne Coppel, experte en sociologie des drogues, fera une intervention illustrée sur les relations entre les drogues et la subjectivité. Et pour conclure, Alan Carmody montrera les parallèles qui existent entre Burroughs et Artaud dans leur engagement avec la culture chamanique d’Amérique du Sud.

Film III

À 14h00 à la Cinémathèque, projection de Dead of Night (Au Coeur de la Nuit), le fameux film d’horreur britannique qui influença l’écriture du Festin Nu. Elle sera suivie à 15h45 d’extraits du projet d’adaptation en cours de Nova Express du réalisateur américain Andre Perkowski, et du court film expérimental de l’artiste britannique Jakoh, « Hiding in Plain Sight. » À 14h45 dans la salle Turner, les réalisateurs danois Lars Movin et Steen Moller Rasmussen présenteront leur documentaire tout juste sorti sur Burroughs, Words of Advice.

Événement 9 : 16h45-18h00- Écriture

Cette session de fin d’après-midi sera vouée à l’écriture, en particulier l’écriture postérieure au Festin Nu. Le critique français Benoît Delaune parlera de la relation qui existe entre les pratiques du cut-up et la musique concrète, tandis que Davis Schneiderman mettra l’accent sur d’autres aspects du cut-up comme méthode créative. Pour finir, l’Anglais Thom Robinson considérera la manière dont se lit Le Festin Nu rétrospectivement, du point de vue de l’oeuvre postérieure à celui-ci.

Événement 10 : 15h00-16h15- Quatre Ecrivains

(salle Stevenson)

Dans la salle Stevenson (adjacente à la salle Turner), Davis Schneiderman, RB Morris, Eddie Woods, et Eric Anderson offriront un hommage créatif à Burroughs en lisant leurs propres textes.

Événement 11 : 16h45-18h00 — sur Burroughs (en français)

(Salle Stevenson)

L’écrivain et rédacteur Philippe Garnier évoquera quant à lui l’oeuvre de l’auteur et notamment La Machine molle, suivi par un dialogue entre le romancier Jean-Jacques Schuhl, qui a utilisé la technique du cut-up dans son œuvre, et l’écrivain célèbre Phillipe Sollers.

Événement 12 : 18h30-20h15- Facteur X

Cette session finale commencera avec l’exécution par Inge Andersen de « Point of No Return » écrit par Ian MacFadyen, un récit poétique sur la vie de Joan Burroughs, suivi d’un set musical psychédélique de Lee Harris et du poète rappeur River Styx. La journée se finira par une performance de « The Captain, » un morceau en hommage à William Burroughs, composé par Johny Brown et Inga Tillere de (et pour) RADIO JOY.

Vendredi 3 juillet

Événement 13 : 10h30-11h30 – Le Festin Nu 50 plus tard

Présidée par Andrew Hussey, la première session du dernier jour sera consacrée à une discussion ouverture dont l’objectif sera d’examiner la fascination continue et l’importance de Burroughs et de son oeuvre, en particulier Le Festin Nu.

Événement 14 : 10h30-11h30 — Session ouverture

(Salle Stevenson)

Une session réservée aux interventions courtes ou impromptues, dont celle de Raj Chandarlapaty qui parlera de son nouveau livre, The Beat Generation and Counterculture.

Événement 15 : 12h00-13h15 – Publier et être damné

Cette session commencera par une intervention illustrée de Jed Birmingham sur les premières collaborations importantes de Burroughs avec de petits magazines. Jaap van der Bent parlera de la relation de Burroughs avec Olympia Press, et Michael Kellner abordera la question de la traduction chez Burroughs, partant de son expérience de traducteur de la nouvelle version allemande du Festin Nu. Jeffrey Miller, éditeur aux Editions Cadmus, clôturera la session et parlera des textes de Burroughs écrits à l’époque du Festin Nu publiés sous le titre Early Routines.

Événement 16 : 12.00-13.15 — sur Le Festin Nu (en français)

(Salle Stevenson)

Le bibliophile Jean-Pierre Dutel prêtera son édition originale de Naked Lunch et des autres documents, suivi par une intervention du romancier et spécialiste en littérature Benjamin Berton sur la figure du garçon sauvage dans l’oeuvre de Burroughs. Mathias Enard, auteur du roman Zone (2009), donnera une intervention audio enregistrée en trois langues.

Film IV

À 15h00 dans la salle Turner, projection du film encensé par la critique, FLicKeR de Nik Sheehan, sur les expériences menées avec la Dreamachine de Burroughs et Gysin. Également à 15h00 dans la cinémathèque, première projection de Bill Burroughs’ Blues, le documentaire hommage de Jamie Fettis. À 16h00 dans la salle Turner, Andre Perkowski présentera un autre extrait de son projet d’adaptation de Nova Express.

Événement 17 : 17h00-18h00 – Le Festin Nu : Le texte et le film

Trois critiques se réuniront lors de cette avant-dernière session pour mener une réflexion sur des aspects spécifiques au texte et à l’adaptation cinématographique du Festin Nu, avec tout d’abord une discussion de Kurt Hemmer sur le film controversé de Cronenberg. Fiona Paton mettra l’accent sur la dimension spirituelle du Festin Nu à travers l’imagerie récurrente d’ectoplasmes, tandis que Katharine Streip évoquera la construction des personnages dans le texte de Burroughs et ce qu’elle révèle sur l’identité.

Événement 18 : 17h00-18h00 — sur Le Festin Nu (en français)

(Salle Stevenson)

Patrick Amine donnera une conférence autour de Naked Lunch, suivi de Marcelin Pleynet, célèbre poète, romancier et critique d’art. La session finira par une intervention, présenté par le romancier Philippe Di Folco, de quelques écrits indéits de Marie-Laure Dagoit, éditrice.

Événement 19 : 18h30-20h00 – Heure de fermeture : Une prescription de William Burroughs

Après quelques mots de clôture d’Andrew Hussey, la dernière session inclura une projection du nouveau court-métrage d’Ed Buhr, The Japanese Sandman, une adaptation hilarante des Lettres du Yage, suivi de la conclusion explosive du Nova Express d’Andre Perkowski. Le rideau se fermera après une performance éléctro-pop du groupe français Underwires, qui interprétera entre autres son titre Dr. Benway.

Imprimer cette page | mise à jour : 28 juin 2009