William S. Burroughs

William S. Burroughs
http://theo.underwires.net/
Homosexualité

Une malédiction. Présent dans notre famille depuis des générations. Les Lee ont toujours été des pervers. Jamais je n’oublierai l’indescriptible horreur qui gela la lymphe dans mes glandes (je parle des ganglions lymphatiques, bien sûr) lorsque le mot banni frappa mon esprit bouleversé : J’étais homosexuel.
Je me mis à repenser aux travestis maquillés et mignards que j’avais vus dans un night-club de Baltimore. Pouvais-je être l’une de ces choses sous-humaines ? Je marchai le long de la rue, étourdi, comme un homme atteint d’une légère commotion [...] J’aurais bien pu me détruire, mettant ainsi fin à une existence qui semblait ne rien offrir d’autre qu’une grotesque et humiliante misère. Il est plus noble, pensai-je, de mourir en homme que de continuer à vivre en monstre sexuel. C’était une vielle tante (qu’on appelait Bobo) qui m’apprit qu’il était de mon devoir de vivre et de porter fièrement mon fardeau pour que tout le monde voit, pour conquérir préjugés, ignorance et haine avec amour, connaissance et sincérité.